mercredi 19 octobre 2011

La population du Canton Shawenegan en 1852

Voici le premier de deux messages sur la population du Canton Shawenegan en 1852 d'après les résultats du recensement du Canada effectué cette année-là.

Le recensement de 1851 ou 1852

Le recensement canadien de 1851 a connu des retards, de sorte qu'une grande partie des formulaires n'ont été complétés que l'année suivante. On peut voir les résultats de ce recensement sur le site Automated Genealogy.

Dans le comté de Saint-Maurice, on a recensé la population nouvellement établie dans le Canton Shawenegan. C'était le nom qu'on donnait alors au territoire actuel de Saint-Boniface de Shawinigan, avant l'érection de la paroisse. C'était cinquante ans avant la création de la ville du même nom.

La population totale recensée dans le canton était de 241 personnes. On peut diviser cette population en trois groupes distincts :
  1. Une population temporaire formée d'hommes seuls qui avaient leur résidence en dehors du canton. Ces hommes étaient à l'emploi d'entreprises forestières ou travaillaient à la construction d'infrastructures (89 personnes).
  2. Des résidents qui n'avaient pas de famille avec eux au moment du recensement (46 personnes). 
  3. Des cultivateurs qui ont été recensés avec une famille. Ce sont les familles pionnières du Canton Shawenegan (106 personnes).

1. Une population temporaire

Il y avait 89 hommes seuls qui avaient leur résidence à l'extérieur du canton. Ils étaient donc de passage pour un emploi temporaire.  En 1851-1852, on terminait la route qui reliait le fief Saint-Étienne au pied de la chute Shawinigan, tandis que le gouvernement fédéral avait entrepris la construction d'une gigantesque glissade de 1000 pieds de long pour permettre aux billots de pin blanc de franchir la chute et atteindre la baie navigable. C'était un peu le Frontier Town de la Mauricie, la dernière municipalité avant d'entrer dans les grandes concessions forestières.


Il y avait parmi ces hommes seuls des charretiers, des charpentiers, des  voyageurs (c'est ainsi que l'on nommait les coureurs des bois), et des navigateurs. Je ne sais pas ce que le terme navigateur pouvait signifier dans le contexte du Canton Shawenegan. Peut-être des conducteurs de cages (cageux), des draveurs ou encore des canotiers qui effectuaient le transport des marchandises dans les chantiers du Saint-Maurice (portageux). Beaucoup de ces navigateurs étaient originaires de la Pointe-Lévis, en face de Québec.

2. Des résidents sans famille

Ces 46 résidents sans famille étaient cultivateur. Ils venaient des paroisses de la région : Yamachiche, Saint-Barnabé, Saint-Sévère, Saint-Léon, Saint-Paulin, Louiseville. J'imagine qu'ils voulaient commencer le défrichement et construire une maison avant de fonder une famille ou encore, avant de faire venir celle qu'ils avaient laissée dans leur paroisse d'origine. En plus de cultiver la terre, ils pouvaient aussi travailler pour des entreprises forestières. En Mauricie, les hommes étaient souvent cultivateurs en été, bûcherons en hiver et draveurs au printemps.

J'ai fait quelques recherches sur ces colons sans famille et constaté que plusieurs avaient quitté le canton. Ils étaient peut-être moins motivés que ceux qui sont venus avec leur famille.

3. Des familles pionnières

Au printemps de 1851, grâce à la nouvelle route, des familles de colons ont commencé à s'établir sur les  terres fertiles de la future paroisse de Saint-Boniface, au pied des Laurentides.  Quelques-unes sont peut-être arrivées dès 1850. Les familles de cultivateurs suivaient l'industrie forestière dans sa progression, pour profiter des terres qui avaient déjà été défrichées, mais aussi parce que cette industrie leur offrait un débouché pour les produits de la ferme.

Les 19 familles qui avaient leur résidence dans le canton regroupaient 106 personnes. Il y avait 68 enfants dont seulement 3 étaient nés dans le canton : Cyriac Caron (âgé de 8 mois), Émilie Martin (4 mois) et Auguste Dugré (3 mois). Le premier enfant né dans le canton a donc été Cyriac Caron, fils de Louis-Solyme et de Josephte Lacerte, le 9 mai 1851. Il a été baptisé à Trois-Rivières. Le second enfant et première fille a été Émilie Martin, de Louis et Émilie Pellerin, née le 31 août 1851. Elle a aussi été baptisée à Trois-Rivières.

D'après l'âge des enfants, les familles du Canton Shawenegan auraient été recensées en janvier 1852.

Le recensement nous donne aussi le lieu de naissance des individus. Si l'on considère, comme lieu de provenance d'une famille, la paroisse ou est né le plus jeune de ses enfants, on obtient le résultat suivant : Saint-Barnabé-Nord (9), Yamachiche (7),  Saint-Sévère (1), Saint-Paulin (1) et Saint-Cuthbert (1).

Étant donné que Saint-Barnabé-Nord et Saint-Sévère sont des détachements de la paroisse de Yamachiche, on peut conclure que 17 des 19 familles pionnières du Canton Shawenegan venaient de l'ancien territoire de Yamachiche. Les deux exceptions étaient la famille de Paul Charet, originaire de Saint-Paulin dans le comté de Maskinongé, et celle Jean-Baptiste Magnan, originaire de Saint-Cuthbert dans le comté de Berthier.

À quelques exceptions près, ces familles sont demeurées dans le canton.

Nous verrons dans un prochain message la liste des 19 familles pionnières du Canton Shawenegan.

Voir aussi sur ce blog : Les portageux.

La photo du flottage du bois provient du site Tourisme Shawinigan.

2 commentaires:

Véro a dit…

Comment puis-je m'abonner à ce blog, pour être mise au courant des nouvelles parutions? Merci : )

Le Flâneur a dit…

J'ai ajouté un gadget "S'abonner au carnet du flâneur" en haut à droite. Je ne sais pas si ça fonctionne bien. Vous m'en donnerez des nouvelles. Il y avait auparavant un bouton "devenir membre" mais il est disparu de blogger.

Bonne journée.