vendredi 22 février 2013

Leprohon n'est pas Lampron

Rosanna Leprohon
Les Leprohon de la région de Montréal ne sont pas apparentés à la famille Lampron de la Mauricie et des Bois-Francs. Ils descendent de Jean-Philippe Leprohon né en 1731 en France, sergent du Régiment de Béarn, qui a épousé Marie-Agathe Content le 7 janvier 1760 à Montréal. L'écrivaine Rosanna Leprohon (1829-1879), née Mullins, était originaire d'Irlande. Elle a épousé le médecin Jean-Lucien Leprohon le 17 juin 1851 à l'église Notre-dame de Montréal. On trouve des articles sur trois de ses romans sur le site Laurentiana.

Pour bien compliquer le tout, certains Lampron de Nicolet ont écrit leur nom Lamprohon dans les registres au dix-neuvième siècle. En fait, je crois que c'était plutôt la faute du prêtre officiant parce que ces gens-là ne savaient pas écrire. Les variantes dans l'orthographe du nom sont nombreuses. J'ai même déjà vu Lamprond.

2 commentaires:

Andre a dit…

Les curés prenaient de grandes libertés avec les noms de personnes dans les registres. Négligence, suffisance, innocence? Un peu tout ça. Voilà qui complique la vie de tous les fouineux de registres paroissiaux que nous sommes.

Le Flâneur a dit…

Oui, j'en ai vu qui ne faisaient pas beaucoup d'efforts. Par contre, il y en avait d'autre qui, au bout de quelques années, connaissaient l'histoire de leurs paroissiens mieux qu'eux-mêmes.

J'imagine que c'est pareil dans toutes les professions.